Pinacothèque de Paris : Giacometti au pays des Etrusques

Chronique d’une visite annoncée ! Vicky visite musées et galeries, et prépare vos week-ends.

Giacometti et les Etrusques
Il n’est plus nécessaire de présenter ici la Pinacothèque de Paris et ses expositions extraordinaires. Cette fois encore, ils ont mis les petits plats dans les grands! Imaginez, nous savions l’influence des sculptures étrusques sur la vie artistique parisienne de l’entre-deux guerres, Braque, Giacometti et Picasso, mais de là, avoir réuni l’entité étrusque à l’un des plus grands sculpteurs du XXè siècle, vraiment très fort ! L’intérêt que porta l’Artiste pour la figure primitive se retrouve très tôt dans son œuvre, mais l’art de l’Étrurie en particulier va bouleverser le sculpteur. Soixante-dix chefs-d’oeuvre sont réunis en compagnie de poteries anciennes, un peuple très peu connu. En effet, ce peuple étrange et mystérieux, créa des formes de figures sculptées longilignes, Giacometti en extraira son Homme qui marche, ses Femmes de Venise et tant d’autres… Nous nous trouvons face à nous- mêmes, ombres lointaines et incertaines accomplissant la métamorphose de la vie. Quelle tristesse de ne pouvoir toucher l’intouchable.
Un conseil de visite, la place de la Madeleine est déserte le dimanche, et retourner voir le Cercueil des Epoux (musée du Louvre), les Etrusques étaient blonds et n’avaient ni pied droit, ni pied gauche.
Pinacothèque de Paris, Vicky à tous les blogueurs cultivés !

Publicités

Une réflexion au sujet de « Pinacothèque de Paris : Giacometti au pays des Etrusques »

  1. A voir absolument malgré les polémiques soulevées. On peut observer « les fameuses analogies » seulement dans la seconde partie au sous sol et notre pensée peut alors être effleurée par cette terrible phrase du quotidien britannique « The Independant » « «Giacometti, dont l’un des principaux défauts était le manque quasi absolu d’imagination, a emprunté la totalité des formes de sa dernière période à l’art étrusque antique», mais, « ne jugeons pas trop vite » comme l’écrit Mathieu van Berchem dans son article du 21 septembre 2011 sur à lire sur http://www.swissinfo.ch.
    Giacometti ne disait il pas lui même « « …la toile ou la matières ne sont que des moyens pour tâcher de me rendre compte de ce que je vois, ce n’est que le sujet qui compte…. il s’agit de mettre en place une tête dans l’espace… pour savoir si c’est une illusion ou pas il faut essayer…» ( (extraits des interviews/ vidéos http://parolesdesjours.free.fr/giacometti.htm 4ième partie) .
    Pourquoi faudrait il toujours demander aux artistes de se justifier dans une originalité ? ne sont ils pas là aussi pour nous révéler et nous interresser à ce que nous ne voyons pas ou plus ?
    Exposition à voir tranquillement un dimanche matin pour les provinciaux…et penser aussi à enrichir son sens gustatif par un p’tit macaron « d’ à côté » .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s