Florence Jacquesson : portrait d’une femme qui venait de la terre !

Exposition, voir et comprendre, une arche d’alliance entre le photographe et le sculpteur.
Miroir de l’homme et de la genèse. Que nous enseignent nos ancêtres…?
Seul l’airain nous indique son âge et la voie de la jeunesse.

L’artiste est née en 1962, peintre et sculpteur diplômée en 1980 des Arts Appliqués Duperré de Paris. Après avoir travaillée pendant dix ans comme styliste de mode, Florence découvre la sculpture en 1992.
Une passion pour la représentation animalière s’impose à elle, un travail soutenu et obstiné la place aujourd’hui parmi les animaliers les plus appréciés.

Florence Jacquesson a reçu plusieurs récompenses comme la médaille d’or du Salon National des Artistes Animaliers de Bry -sur-marne ou encore, la médaille de bronze au Salon des Artistes Français de Paris.
Que serai-je sans toi !
Miroir de l’homme, les singes représentés par l’artiste font référence au sacré. Leurs attitudes humaines, comme le nasique qui marche, renvoient à notre propre existence et nos interventions sur la nature. Les primates de Florence Jacquesson appellent au respect.

L’espace Gingko’Art se félicite de la confiance de l’artiste à l’égard de notre jeune galerie. Florence a confié ses grands primates autour de l’exposition Derrière le Miroir, bonobo pensif, chimpanzé couché, gorille et nasique marchant côtoieront les photographies de Marc Wolff pendant huit semaines.

Puis sans perdre l’unité de sa prise, le sculpteur, se sentant plus sûr de lui, vient à lui rendre un peu d’agilité… alors le singe lui a tendu sa main…

Publicités

Une réflexion au sujet de « Florence Jacquesson : portrait d’une femme qui venait de la terre ! »

  1. Je suis passée voir les sculptures de madame Jacquesson à l’espace Gingko’Art,et je n’ai pas de mots asser forts pour décrire la beauté, la sérénité qui se dégage de la matière; mon coup de coeur pour le bonobo, il est tellement humain, mais sans les défauts!
    Continuez, Florence, votre travail a la puissance d’un Godchaux et la pureté d’un Pompon.
    Une nouvelle Camille est née, je souhaite qu’elle ne trouva jamais son Rodin, elle n’en a pas besoin.
    DP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s