Conférence : Théodore Géricault

Rendez-vous Espace Ginko’Art, le samedi 4 février à 18 heures.

Conférence  sur le peintre Théodore Géricault, « un romantique exacerbé », autopsie et révélations sur le vieillissement du chef-d’oeuvre de l’artiste, le « Radeau de la Méduse » ; une œuvre majeure qui aurait pu sombrer !

Dans le cadre du cycle cours-conférences, tableaux de Maîtres,  mis en place à l’espace culturel de l’association Gingko’Art, sous le patronage de madame Patricia Vergez, enseignante à I.N.P.

Comprendre  les techniques et les pigments, les secrets de cuisine, par l’analyse chimique et l’observation des œuvres des grands artistes du quattrocento à nos jours ; avec des moyens techniques dignes des films de science-fiction.

La métamorphose de la Méduse !

La  Conférence sur le peintre romantique Théodore Géricault, par les élèves de l’Institut National du Patrimoine, se déroulera le samedi 4 février à 18 heures. Les thèmes évoqués participeront à l’étude de l’emploi par le peintre du Bitume de Judée et les effets secondaires et indésirables de ce produit révolutionnaire en son temps, mais aujourd’hui considéré comme l’une des sept plaies par  les Conservateurs et Restaurateurs des Musées Nationaux. Le peintre, de son vivant, avait déjà constaté l’évolution et la métamorphose des pigments  et s’en désespérait. Dans les années cinquante, les Conservateurs du Musée du Louvre ont même commandé l’exécution d’une copie, au cas où le processus ce révèlerait irréversible… !

La Méduse était à l’origine un superbe bateau, la fierté de l’empereur Napoléon Ier, mais à l’occasion d’un voyage, pris par les fonds, il sombra…La catastrophe,  le peu de rescapés, qui pour survivre, ont du pratiquer le canibalisme, déchénèrent la presse. L’affaire deviendra politique et le peintre Théodore Géricault, au- delà de la peinture réalisa son tableau comme un véritable manifeste .

Seront également expliquées certaines pratiques picturales du peintre le plus charismatique du premier quart du XIXème siècle, célèbre de son vivant, passionné par les chevaux et mélancolique.

Théodore Géricault, étude critique, documents et catalogue raisonné, l’Homme, biographie, témoignages et documents, Germain Bazin, Wildenstein institute, Paris 1987 la Bibliothèque des Arts, 7 volumes et un supplément. Très bel ouvrage consultable sur rendez-vous, à la bibliothèque de l’espace Gingko’Art.

Réservation souhaitée,
Gingko’Art, 2, Place de l’Hôtel de Ville à Pontoise
sur place : du mardi au samedi de 15 heures à 19 heures –
par téléphone, au 
09 71 51 78 54 – par courriel gingko-art@orange.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s