le Mystère de la Chambre Noire

Marc Héritier photographe et  « le Mystère de la Chambre Noire ».
Le Mars de la photographie, exposition, conférences et prises de vues ; l’Espace Gingko’Art devient un laboratoire expérimental.

En avant première le « making of » des séances de pose.

Un procédé photographique découvert par Aristote,  étudié par Léonard de Vinci en 1515, amélioré par Daniele Barbaro et utilisé par le peintre Johannes Vermeer.  Le photographe parisien Marc Héritier se propose de réveiller la vieille dame et d’installer le concept Sinar (caméra obscura) dans l’espace bibliothèque du Gingko’Art. Objectif d’une expérience annoncée, tirer le portrait des Pontoisiens et nous  faire découvrir les passions, les personnalités.

Marc Héritier est né en mille neuf cent soixante à Paris, son père lui offre son premier appareil, un Kodak Brownie, dès l’âge de dix ans. Cet appareil photographique avait la particularité d’un chargeur comprenant douze photos potentielles par pellicule, ce qui nous semble aujourd’hui surréaliste à l’ère de l’infini, de la révolution  numérique. L’oncle du jeune photographe en herbe, passionné aussi d’argentique, l’initie aux lectures et à la découverte de la revue « Vogue » ; Marc Héritier fait son apprentissage dans l’art du portrait et offre ses services à l’occasion des mariages et des communions, il utilise alors un boitier Rolleiflex 6/6.

C’est à l’âge de seize ans que le jeune homme décide de monter à Paris avec les trois cent francs que sa maman lui a glissé dans la poche et de s’inscrire aux cours de la prestigieuse École Louis Lumière (ancienne École Vaugirard), après avoir commencé à étudier chez un photographe professionnel, spécialisé dans la prise de vue de portraits. L’artiste nous a confié : « Cette époque était vraiment très dure, il fallait pour vivre et manger, trouver des reportages à faire, courir de labo en labo, puis revenir se faire payer quelques tunes… Je vends, je cours, je doute mais je mange… je me suis surpassé et je m’en suis sorti ! ».

Puis, à l’issue de ses années d’apprentissage, son premier grand reportage au Cameroun, photographiant les vingt deux Ethnies de la « petite Afrique », parcourant le pays du nord au sud, découvrant les populations, les paysages verdoyants de forêts, les déserts camerounais aux jungles insondables encore très peu visitées. Le succès est au rendez-vous à l’occasion de sa première exposition, son premier carnet de voyage « Cameroun » à l’Hôtel Nikko de Paris.

Au delà du rideau de fer, attention ! un jeune artiste surveillé …

Le photographe, attiré par les grandes contrées, s’est révélé être un pionnier en partant vers l’Union des Républiques Soviétiques, six nuits, sept jours dans le Transsibérien bleu, à une époque où le communisme déboutait plus d’un artiste. « Je voulais passer le Rideau de Fer et voir de mes yeux ce que je ne pouvais concevoir. Mon voyage s’est déroulé en compagnie du KGB, de l’hôtel au terminus ; je me suis amusé à chercher à les semer… J’ai rapporté de ce voyage de nombreux clichés qui ont été exposés ».

Marc Héritier s’inscrit donc dans la grande tradition des photographes portraitistes ; une spécialité qu’il a cherché à approfondir en suivant les cours de la célèbre School for Visuals Arts (S.V.A), située dans la 23è rue à New-York et qui a eu comme prestigieuse élève la photographe internationale Diana Lui.

Marc Héritier a également enseigné, pendant deux années, à la Chambre des Métiers de Paris, dans la discipline de formateur en brevet de maitrise. A l’occasion de sa prestation sur le concept du mystère de la chambre noire, l’artiste-professeur livrera une conférence à l’espace Gingko’Art sur le thème de la photographie et des prises de vues à l’ancienne et démystifiera les protocoles photographiques.

Le photographe a souvent relevé le défi de portraiturer les hommes politiques ainsi que des grands  patrons du CAC 40 (Serge Dassault et Martin Bouygues), les célébrités, avec ce souci de valoriser le sujet, de le magnifier tout en respectant les personnalités, ce qui lui vaut une certaine reconnaissance…

La chambre noire 

(en latin « camera obscura ») est un instrument optique objectif qui permet d’obtenir une projection de la lumière sur une surface plane, c’est-à-dire d’obtenir une vue en deux dimensions très proche de la vision humaine. Le principe de base est très simple:comme la lumière est réfléchie par les objets dans toutes les directions suivant leurs qualités propres d’absorption, de réflexion, de diffusion, chaque point de la surface d’un écran reçoit des rayons lumineux issus de tous les objets alentours ; ces rayons se mélangent et se combinent (synthèse additive). L’écran apparaît blanc (ou de la teinte majeure éclairant le décor).

En restreignant la lumière extérieure de façon à ce que ses rayons lumineux, émanant du décor, n’entrent que par un seul point dans une chambre obscure, l’écran interceptant cette lumière ne recevra, en chacun des points précis de sa surface, que les rayons issus en ligne droite d’un seul point du décor placé en face de la paroi comportant le trou. On verra se former l’image inversée (gauche/droite) et renversée (haut/bas) du décor, extérieur à la chambre obscure, sur l’écran.

« En laissant les images des objets éclairés pénétrer par un petit trou dans une chambre très obscure tu intercepteras alors ces images sur une feuille blanche placée dans cette chambre.(…) mais ils seront plus petits et renversés. »

Léonard de Vinci en 1515

Chronologie de l’histoire de la photographie

IV ème siècle avant J.C
Aristote, le philosophe grec, découvre que la lumière entrant dans une pièce sombre par un petit trou projette sur le mur d’en face l’image renversée des objets placés devant l’orifice « la caméra obscura ».

Moyen Age
Des alchimistes constatent que les sels d’argent exposés à la lumière noircissent. Plus tard ces mêmes sels d’argent seront utilisés comme surface sensible dans la fabrication des films (ou pellicules photo).

1100
Le savant naturaliste Hassan in al Litham (mathématicien arabe) décrit le principe de la chambre noire et précise que l’image sera d’autant plus nette que l’ouverture est petite.

1514
L’érudit Léonard de Vinci décrit la caméra obscura. C’est la transformation de la chambre d’Aristote en un appareil portatif. C’est le début de l’appareil photo (sans pellicule) il s’agit d’une boite fermée appelée chambre noire. La lumière entre par un petit trou, le sténopé et les rayons lumineux dessinent sur un des côtés l’image renversée face au petit trou.

1540
Jérôme Cardan met une lentille à la place du trou et ajoute un miroir qui redresse l’image sur une plaque de verre. Ainsi on peut copier l’image sur un calque.

1553
Giovanni Battista dalle Porta décrit la « caméra obscura » en détail : sa construction ainsi que les usages qu’on peut en faire.

1568
Daniel Barbara ajoute un diaphragme à l’appareil.

1650
La chambre noire devient portable et compte des lentilles de différentes distances focales ; à cette époque, elle servait principalement aux dessinateurs.

1727
Johann Heinrich Schubert découvre que la lumière noircit certains composés d’argent.

En 1827
Nicéphore Niepce photographia à partir de sa fenêtre.

En 1831, Jacques Daguerre, réalisa ses premières images sur des plaques de cuivre recouvertes d’une couche photosensible d’iodure d’argent (daguerréotype). Soumises à des vapeurs de mercure, une image positive était ensuite fixée grâce à du sel marin.

1833
Nicéphore Niepce meurt à l’âge de 68ans.

1835
William Henry Fox Talbot réalisa le premier négatif de l’histoire.

1839
Talbot mit au point un procédé photographique passant par un support négatif permettant d’obtenir un nombre illimité de tirages, cette nouvelle méthode prit le nom de « calo type ».

1841
Claude-Félix Abel Nielle de Saint-Victor (neveu de Nicéphore Niepce) communiqua à l’Académie des sciences un procédé de photographie sur verre.

1851
Frédérick Scott Archer introduisit le procédé au collodion humide sur plaque de verre.

1871
Richard Leach Maddox remplaça la gélatine par du collodion ce qui permis d’accroître la sensibilité des plaques.

1883
Georges Eastman fabriqua une pellicule faite d’une longue bande de papier recouverte d’une émulsion sensible.

1889
Ce même Eastman produit le premier support de pellicule souple et transparent, sous la forme d’un ruban de nitrate de cellulose.

Le 22 mars 1895
Auguste et Louis Lumière inventent le « cinématographe », (film à vitesse variable, première séance publique le 25 décembre 1893 dans les sous-sols du Grand Café de Paris).

1903
Les frères Lumière inventent « l’autochrome » ( plaque à base de fécule de pomme de terre teintées aux trois couleurs fondamentales, mises en vente en 1907), seul procédé utilisé par les amateurs jusqu’en 1940 exigeant des temps de pose de plusieurs secondes.

1925
L’appareil de format 35mm fut commercialisé en Allemagne et séduisit aussi bien les amateurs que les photographes professionnels.

1935
L’apparition de la pellicule couleur Kodachrome et 1936, celle de la pellicule Coloriage. Toutes deux permettant d’obtenir des diapositives, elles ont marqué le début de la grande renommée des pellicules couleurs.

1942
La commercialisation des négatifs couleurs Kodaira contribuèrent à rendre la photographie encore plus populaire.

1947
Edwin H. Land réussi à mettre au point l’appareil Polaroid Land, permettant d’obtenir en quelques secondes une épreuve positive sur papier.

1960
Production du premier hologramme.

1963
Éclosion du premier « Polaroid » couleur et apparition de l’appareil « instamment 50 » de Kodak.

1968
Fabrication des premiers appareils reflex à contrôle automatique et prise de la première photo de la Terre, vue de la Lune (Apollo 8).

1978
Invention du premier appareil auto-focus (Konica).

1984
Création de la première caméra électronique compacte.

1990
Naissance du premier appareil numérique sans film.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s