Les daguerréotypes américains

Drôles de dames et le mars de la photographie :
Vicky enquête sur l’origine de la plus importante découverte photographique de l’histoire ; renoue avec ses origines et s’embarque vers le nouveau monde à la recherche des épreuves sans négatifs, polis comme un miroir sur une surface en argent.

Le brevet de Daguerre (1787-1851) est acquis par le gouvernement français qui publie le 19 août 1839, l’invention comme un « don au monde ».

Daguerre est un artiste-décorateur français qui a découvert, après des années de perfectionnement, le procédé positif ne permettant pas de reproduction de l’image. Il est constitué d’une plaque, généralement en cuivre et recouverte d’une couche d’argent ; cette plaque est sensibilisée à la lumière en l’exposant à des vapeurs d’iode qui, en se combinant à l’argent, produisent de l’iodure d’argent photosensible. Lorsque ‘elle est exposée à la lumière, la plaque enregistre une image invisible, dite  « image latente ». Le temps d’exposition est d’environ 20 à 30 minutes.

Sa découverte se répandit rapidement au début des années 1840 ; l’invention fut aussitôt présentée aux artistes américains par Samuel Morse, l’inventeur du télégraphe. Rapidement, un marché important se précisa traduit par des artistes ambulants qui se déplaçaient de ville en ville. Les daguerréotypes furent employés comme procédé photographique pendant 10 ans.

Le Professeur Ostwald, chimiste allemand, publia un traité intitulé Éléments de chimie inorganique dont la version française fut proposée en 1913 par les éditions Gauthier-Villars. Dans son article sur l’iodure d’argent, le Professeur indique en note de bas de page : « ...Il est instructif de connaître l’histoire de la découverte de ce procédé. Daguerre avait d’abord cherché à utiliser directement le noircissement de l’iodure d’argent à la lumière et il avait dirigé ses recherches vers la préparation d’une couche assez sensible pour que le noircissement s’y fasse le plus vite possible. Il avait une fois commencé à prendre une vue, mais fut obligé d’abandonner son travail, la plaque n’avait pas encore noirci ; il a pensé à une nouvelle expérience et a placé la plaque dans une armoire obscure…

Le lendemain, il trouva l’image révélée sur la plaque. Daguerre aperçut bientôt qu’une image se produisait chaque fois qu’une plaque éclairée un instant était mise dans l’armoire, mais ne savait pas lequel des objets placés dans cette armoire produisait cet effet.

Il éloigna ces objets l’un après l’autre, mais obtenait toujours des images, même une fois l’armoire entièrement vidée. D’autres armoires, dans les mêmes conditions, ne fournissaient pas d’image ; finalement, il découvrit quelques gouttes de mercure dans les joints du bois et une expérience de vérification lui fit voir que l’image se développait lorsqu’on maintenait la plaque au-dessus de mercure métallique ».

Les ateliers de portrait s’adressent essentiellement à la bourgeoisie, leurs coûts étant prohibitifs. Puis, une nouvelle classe sociale est alors en plein essor, les «nouveaux riches», dirigeants de la société industrielle américaine. Cette nouvelle classe dirigeante voit alors en la daguerréotypie le moyen de palier l’absence de galerie de tableaux familiaux, et de se fabriquer ainsi une histoire respectable.

Le plus souvent, les daguerréotypistes sont issus d’une formation étrangère à la photographie même et un grand nombre d’entre eux continuent de pratiquer leur ancien métier : peintres, opticiens, parfois marchands. Pour ouvrir un atelier, la publicité est très importante et les annonces sont passées dans les journaux locaux ; les enseignes doivent être imposantes compte tenu de la concurrence de plus en plus forte, notamment à Paris ainsi que dans les grandes villes américaines.

 

The Daguerreotype and Antebellum America
Attached to « daguerreotype », the adjective « American » came to signify an artifact and a product with distinctly national characteristics of excellence. In the late 1830s, slightly before but virtually coincident with the arrival of the daguerreotype to the eastern coastal cities of America, Boston and Philadelphia and New-York, a fervor had arisen among writers, artists, intellectuals, and political figures that came to be known as the « Young America » movement. A fusion of radical democratic ideas associated with Andrew Jackson’s revival of the Democratic Party and a broad impulse toward reform of all institutions and ways of thinking (influenced in this regard by Europeen utopia socialism), Young America infused the idea of America with expansive energies ; the movement saw the America nation as destined-a « manifest desti

ny » to spread its revolutionary ideas and reforms not only across the continent but back into the Old World as well, advocating official U.S. Support for revolutionary movements in the 1840s against the monarchies of Europe, such as Louis Kossuth’s struggle to found a republic in Hungary.

Vicky.

Bibliographie, « Young America », The Daguerreotypes of Southworth & Hawes, edited by Grant B. Romer and Brian Wallis, Steidl, George Eastman House, International Center of Photography.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s