Portfolio : Malick Sidibé

Un Portfolio « coup de coeur », pour le mois de juin, un petit morceau de vie dans les faubourgs de Bamako ; Malick Sidibé, le plus attachant des photographes africains, un homme sans histoire, ou plutôt aux mille et une narrations, témoignage d’une vie de reporter exemplaire !

Malick Sidibé n’a nul besoin de connaître son interlocuteur pour être à l’aise. C’est son métier de regarder l’autre et aussi ce rituel de l’échange qu’il pratique en virtuose, ponctuant la conversation de proverbes Peuls. Ou d’interjections, ainsi son fameux «  Plou plou plou plou ! », qui lui permet d’apprivoiser les enfants rétifs à l’objectif.

Le travail de Malick Sidibé est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Même si les portraits en studio en sont la part la plus connue, il fut aussi le reporter de la jeunesse africaine pendant de nombreuses années, ainsi que le chroniqueur de la vie sociale de Bamako pour tout ce qui concernait les baptêmes, mariages, réussites d’examens, et bien sûr les fêtes populaires. Dès notre première rencontre, j’ai eu l’envie de posséder dans ma collection quelques unes de ses photographies à côté de celles de photographes américains ou européens. Les photographies de studio s’imposèrent tout naturellement à moi : j’y retrouvais le côté classique des portraits des débuts de la photographie, de Daguerre jusqu’à tous les grands portraitistes des années 1970-1980, mais également le côté festif de l’Afrique via l’exubérance de ce qui rentrait en studio. A-t-on jamais vu une moto rentrer dans un studio en France…

Toute l’originalité de l’Afrique s’invitait dans son studio. Costumes, déguisements et accessoires surprenants, s’offraient au regard bienveillant de l’une des figures les plus importantes de la photographie.
Malick Sidibé, qui inlassablement poursuivait sa démarche : faire découvrir la nature humaine, l’être humain en particulier, sous toutes ses coutures.

Propos recueillis par Freddy Denaës.

Chez Higgins, Portfolio, Malick Sidibé, « Le Studio », Collection de l’Oeil, réalisé seulement à 50 exemplaires comprenant 16 clichés noir & blanc, signé par l’artiste, le chroniqueur de l’Éditeur.

« Je suis un portraitiste naturaliste pas philosophique »

Malick Sidibé

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s