« Le Christ dans l’Art » : Roger Douville, pour ne pas oublier

Roger Douville (1915-1981), « Le Christ apaisé », une sculpture en taille directe, dans une essence de pommier, signée et datée 1960 ; une création par le plus grand des sculpteurs Normands et qui réalisa plus de deux mille œuvres !

Roger Douville (Bourville 1915- Canville-les-Deux-Eglises 1981) Sculpteur , destiné à une carrière d’agriculteur, ce n’est que dans les camps de prisonniers en 1940, qu’il découvrira son don pour la sculpture. Il se perfectionnera dans la sculpture sur bois, notamment les bois exotiques comme le Gaïac, le plus dur au monde, jusqu’à en devenir l’un des grands spécialistes.

Suivant à la lettre la devise du statuaire Brancusi qu’il admirait, Roger Douville va travailler avec force et conviction pour parvenir à se hisser comme le meilleur sculpteur sur bois – y compris les terribles bois précieux, les bois « rois » qu’il découvre en 1957 – et finir par créer plus de deux mille sculptures aussi puissantes que ravissantes ; elles seront exposées dans les plus grandes galeries à partir de 1960.

« Un matin de mars 1964, Renée Douville laissant Roger aux champs s’en fut vers Paris par le train avec Jacqueline Bechet sa cousine, emportant deux grosses valises très lourdes. Gare Saint-Lazare, un porteur, un taxi. A quelle adresse ? Bonne question ! 75 Faubourg Saint-Honoré. Excellente réponse ! Il s’agit à deux pas de l’Élysée de la galerie Ror Volmar, la Galerie nec plus. Renée Douville s’est bien renseignée. Elle y débarque sans rendez-vous, sans s’y être fait annoncer, et sous l’oeil étonné de Jean Minet – un jeune parent de Mme Volmar qui tient la Galerie en son absence – Renée Douville y fait déposer et ouvrir les deux lourdes valises par le chauffeur du taxi qu’elle règle du prix de sa course. Exit le chauffeur. A nous deux, Paris ! Renée Douville aidée par Jean Minet, galant, démaillote les œuvres de son mari, et voici comment on implique quelqu’un ! Jean Minet ne saurait rester insensible à la densité, aux volumes des sculptures ni de la finesse de leur grain. Puisque Madame Volmar est en déplacement, il s’agit de se faire de son parent le meilleur avocat.

Maintenant c’est lui qui cherche et qui trouve où et comment les sculptures de Roger Douville – notamment une Aigrette en bois de rose et un Blé en germination en gaïac – seront le mieux mises en valeur dans la Galerie où elles font chanter merveilleusement les tableaux accrochés aux cimaises. Ce n’est pas compliqué. C’est du théâtre, c’est vrai ! Vrai aussi que la pièce est bonne ! La preuve : Ror Volmar n’a pas tardé à appeler. Tout est allé très vite mais Roger Douville a tout de même eu le temps d’informer de cette exposition en exclusivité – c’est la grande chance ! ».

Roger Douville comprit très vite que les bois précieux avaient de particulier : leur sculpture nécessitait leur connivence, il n’était pas question de les faire parler en leur imposant unilatéralement la contrainte mais de les laisser s’exprimer en prenant sa part d’une contrainte commune. Il était capable de faire et de réussir cela avec les chevaux, comme il l’avait appris au Manège du 34ème R.A de Rouen… On a les Vienne et les Saumur qu’on peut, mais le temps est venu pour Roger Douville d’avoir ceux qu’il mérite : les bois précieux.

Il avait toujours pris sa part de contrainte commune avec les bois qu’il travaillait pour en sortir une œuvre. Sa marque de fabrique , c’était de réaliser des sculptures dans des pièces d’un seul tenant, considérant comme une facilité l’assemblage – qu’il avait pourtant pratiquer, si l’on en juge par le souvenir qu’a laissé un parquetage qu’il refit dans la maison de Fontaine-le Dun – et ne voulant a fortiori pas entendre parler de collage ni de raccord.

Il avait aussi sa façon – de même qu’un cavalier prend contact avec sa monture avant de chevauchée – sa façon de promener ses mains et son regard sur la bûche qu’il entreprendrait peut-être s’il se trouvait inspiré par la sculpture qu’il sentait à l’intérieur.

Capable de distinguer à dix pas, sans jamais se tromper, des fûts parfaitement rectilignes et de belle apparence qui recélaient en fait des nodosités profondes – Roger Douville percevait pareillement la sculpture prisonnière qu’il s’attellerait à dégager.

Roger Douville pouvait ne pas connaître Confucius mais il se trouve que le postulat point de départ de la parabole était le sien, son crédo général de toujours qui deviendra vérité d’évidence quand – après ses premières œuvres (Coq, Taureau) très massives, en ronde-bosse dans des bois précieux de coloration homogène (palissandre) – il entreprendra quelques bois précieux contrastés, comme le gaïac. « L’espèce la pus connue es le gaïac officinal des Antilles et de l’Amérique centrale, un petit arbre aux rameaux renflés ».

Il se trouve de ces sculptures dans des collections particulières comme celles de la famille Kennedy, du roi du Maroc, de M.Bettencourt, de madame C.Pompidou et dans plus de dix pays étrangers.

On peut en admirer dans des musées comme celui de Vernon (Eure), à Honfleur, à Forges-les-Eaux, à Bruxelles…et à la Fondation Roger Douville située à Canville-les-deux-Églises. Roger Douville, homme de la terre simple et généreux, ami de tout au monde, altruiste, trouva le temps de donner des conférences – particulièrement auprès des jeunes pour leur faire comprendre sa passion.

Extraits de l’ouvrage, Vie et passion de Roger Douville, préface de Jean-François Lecomte écrit par Georges Rason, aux Éditions Bertout – Luneray.

Atelier Roger Douville, 76560 Canville-les-Deux-Églises.
E.mail : atelierdouville2@orange.fr

2 réflexions au sujet de « « Le Christ dans l’Art » : Roger Douville, pour ne pas oublier »

  1. AYANT BIEN CONNU ROGER ET SA FEMME C EST AVEC BEAUCOUP D EMOTION QUE JE PARTAGE CETTE REFLECTION ;EN JUIN 2011 UNE EXPOSITION DE 70 SCULTURES A ETE FAITE A CANVILLE ET UN ALBUM INVENTAIRE DES OEUVRES LEGUEES A LA COMMUNE A ETE FAIT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s