Rendez-vous aux jardins : Le jardin et ses créateurs

L’Espace Gingko’Art de Pontoise participe pour la deuxième fois à cette réunion de passionnés… Ouvrir les portes de son jardin au public l’espace d’un week-end. Ces jardins seront ouverts le samedi 1er et le dimanche 2 juin de 10 h à 18 heures. L’Espace culturel Gingko’Art situé au 2, Place de l’Hôtel de ville propose, outre la balade au jardin, un rythme, une halte vers une exposition intitulée, « Regard sur la photographie du XXème siècle ».Frontispice

À 15h30, et à 16h30, Patricia Vergez,  la spécialiste de l’Institut National du Patrimoine, animera des conférences sur le thème: « Des jardins dans la peinture ».

Le jardin terrasse de l’Espace culturel correspond aux jardins monastiques d’autrefois, agrémenté d’une touche japonisante. Au centre, se tient une feuille de Ginkgo biloba faite de métal et de résine réalisée par le sculpteur Xavier Boggio ; le mobilier de métal découpé à la lance plasma est l’oeuvre du sculpteur Claire Lioult dit, « La Fée railleuse ».

Un jardin est un lieu durablement et théoriquement aménagé où on cultive de façon ordonnée des plantes domestiquées ou sélectionnées. Au sens actuel un jardin comprend 3 composantes qui sont simultanément présentes :

la notion d’aménagement durable de l’espace : dans, proche ou extérieur à l’habitation, clos ou délimité (de l’allemand « Garten » signifiant « enclos »), aménagé d’équipements hydrauliques, d’entretien, d’aides à la végétation comme les pots horticoles, de circulations, de meubles, d’objets d’art, de constructions fonctionnelles ou décoratives. L’aménagement a généralement un caractère pérenne car les jardins sont spécialement destinés à cultiver des plantes vivaces, des arbres, qui sont durablement présents, mais les jardins peuvent aussi être saisonniers dans les pays à saisons marquées, ou fugaces.

la notion de culture des végétaux signifie que les végétaux ont pour le moins été sélectionnés intentionnellement, naturalisés, ou plus communément sont des plantes qui ont subi une domestication, l’objet de nombreux jardin est l’étude, la conservation ou la production de végétaux ou de sous produits végétaux. Ces végétaux peuvent être des fleurs, des légumes, des arbres fruitiers ou d’ornement, des plantes médicinales ou utilitaires. Le terme jardin est également accepté pour un espace clos constituant un décor entièrement minéral typique du jardin japonais, où la notion de culture des végétaux est repoussée à l’environnement..

la notion d’ordonnance qui signifie qu’un jardin est toujours organisé.

Les jardins sont attestés dans toutes les zones de domestication des plantes où ils sont des lieux plus sophistiquées que les champs ou les près. La question du lien entre jardin et sédentarisation est complexe, il existe des formes rudimentaires de jardins chez les nomades … alors de nombreux sédentaires ne jardinent pas et bétonnent leur jardinets. La règle esthétique quasi unique des jardins de climat méditerranéen était, depuis les origines, l’alignement. Elle est restée inchangée jusqu’au XIXéme siècle dans les jardins perses. La règle des jardins chinois est l’évocation. L’ordonnance des vergers et potagers en planches ou carrés est justifiée par les besoins d’entretien, sanitaire et de production.

Le jardin, c’est de la philosophie rendue visible, 

Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu’il vous faut.

Les jardins sont une des formes du rêve, comme les poèmes, la musique et l’algèbre.

Un jardin, même tout petit, c’est la porte du paradis.

Le jardin est une méditation à ciel ouvert, un secret révélé à qui le mérite.

Dieu Tout-Puissant planta tout d’abord un jardin. Et, vraiment, c’est le plus pur des plaisirs humains.

Il est d’étranges soirs où les fleurs ont une âme.

Tout jardin est, d’abord l’apprentissage du temps, du temps qu’il fait, la pluie, le vent, le soleil, et le temps qui passe, le cycle des saisons.

Le bonheur n’est pas une plante sauvage, qui vient spontanément, comme les mauvaises herbes des jardins : c’est un fruit délicieux, qu’on ne rend tel, qu’à force de culture. 

Il y a plus de plaisir à faire un jardin qu’à contempler le paradis.

Il n’est pas pour moi d’occupation plus délicieuse que la culture de la terre … et pas de culture comparable à celle du jardin … Mais, bien que je sois un vieil homme, je ne suis qu’un jeune jardinier.

Une ville ne vaut pas plus qu’un jardin de roses.

Pour faire un jardin, il faut un morceau de terre et l’éternité.

Nous vivons trop dans les livres et pas assez dans la nature.

Le personnage que nous sommes, c’est un jardin, et notre volonté le cultive.

 

Une réflexion au sujet de « Rendez-vous aux jardins : Le jardin et ses créateurs »

  1. Belle surprise que les gravures sur bois de Pierre Antoine Gallien (1896-1953) actuellement à Gingko’Art. Pour Pierre Antoine Gallien, les corps des femmes sont des prétextes à un travail sur les volumes, les brillances, les modelés. Chaque gravure montre une femme accroupie dont le corps prend place dans le format rectangulaire de l’image. Avec ces gravures sur bois, nous voyons des trames, des faisceaux de traits qui forment des dessins schématiques, géométriques, cubistes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s