novis terram

Bourgeois, Braque, Brauner, Chagall, Dali, Klee, Léger, Magritte, Picasso, : la création d’un nouveau coffret portfolio permet à Élisabeth Paoletti, céramiste de rendre un hommage aux grands Maîtres de la peinture du XXème siècle. Terre Insolite, par une réalisation de plaques sculptées et colorées en bas reliefs, l’artiste immortalise par le feu, ces œuvres considérées comme des chefs-d’oeuvre de la création artistique.

La réalisation de ce magnifique portfolio, hommage au « Grands Maîtres« , a été organisée pour la clôture de la saison 2019, par SPAM Éditions en partenariat avec Isandra Éditions.

Le coffret accueille dix oeuvres originales en céramique peintes, bel échantillon des œuvres inspirées des grands maîtres ayant marqué l’entrée dans le vingtième siècle. 

Un parcours à travers les différents usages de la couleur à l’époque, un cheminement « scientifique et objectif, mais aussi émotif, sensuel, cérébral, philosophique et symboliste », montrant en outre le passage du Dadaïsme, du Surréalisme à la peinture d’avant-garde. 

Pour cela, la céramiste Élisabeth Paoletti exhibe des oeuvres majeures, comme un célèbre portrait « Dora Maar », de Picasso ou « Montres Molles« , de Dali, mais aussi un « portrait d’homme à la pomme » de Magritte ou « Deux oiseaux » de Georges Braque. Encore, deux « Têtes Bleus », regard vers Louise Bourgeois.

Note: La céramique est l’art de modeler la terre à base d’argile pour en fabriquer des objets usuels et décoratifs de toutes formes. Les céramiques subissent un ensemble de cuissons leur donnant une grande dureté.


Du point de vue technique, la céramique comprend les terres desséchées, les terres cuites, les terres vernissées, les barbotines, les faïences, les grès et les porcelaines et les biscuits.
Les plus simples des céramiques sont les briques, les tuiles et des poteries communes.

Le mot céramique vient du terme grec « kéramos » signifiant « terre à potier ».

« La Couleur des rêves !»

Une production originale d’ouvrages numérotés entre un auteur et illustrés par une artiste.

« Il n’y a pas d’auteur sans éditeur » : La matérialité du livre comme espace communicationnel.

Ce coffret est composé de textes de Louis Aragon, Éluard, Pablo Néruda et Prévert; un entretien avec Antonin Artaud et des plaques sculptées en bas reliefs par la céramiste Élisabeth Paoletti; rendant hommage aux oeuvres picturales des Grands Maîtres du XXème siècle. Ce coffret portfolio est intitulé, « Terre Insolite ».

Pour la première fois nous avons choisi d’associer les œuvres originales sculptées et les écrits publiés d’auteurs amis des peintres célèbres.

Cette édition comprend 10 exemplaires numérotés et signés par l’artiste plasticienne.

« TERRE INSOLITE ».

TERRES DE COULEURS, TERRES D’AMOUR !

Novis Terram

CONVERSATION AVEC ANTONIN ARTAUD ! AU-DELÀ DU RÉEL…

Il n’est pas cette “utilisation purement formelle des formes”. Il semble que la même idée soit d’ailleurs développée lorsqu’Artaud écrit de Dufy ou de Matisse que l’exécution du dessin passe au second plan ; les formes, selon lui, “disent toute l’étendue d’une âme qui a su sentir

L’expression est vague, trop instinctive ou en tout cas trop subjective pour nous faire avancer dans la définition de ce nouveau langage. Mais ce qui devient certain et que laissait déjà percevoir l’équivalence art-esthétisme pur, c’est que l’œuvre d’art doit dépasser sa forme : “le sujet importe peu et et aussi l’objet”, le sujet parce que l’œuvre n’est pas là pour raconter une histoire — nous le verrons plus tard —, l’objet parce que la forme pour soi ne suffit pas. Ainsi pour faire appel ici à une métaphore linguistique, le signifié comme le signifiant sont séparément inaptes à faire une œuvre d’art ; l’œuvre d’art est un signe, c’est en tant que totalité qu’il faut la concevoir.

Le mot « signe » n’est pas apparu par hasard dans notre réflexion. Car son utilisation pose rapidement le problème du sens qui, dans un nouveau langage tel que voudrait le définir Artaud, est essentiel. Avec ce langage qui, en fin de compte, est celui de l’art, il ne s’agit plus de rendre clair. Il faut au contraire se détacher de cet impératif de compréhension évidente. Ainsi selon lui, “la hantise du mot clair et qui dit tout, aboutit au dessèchement des mots.

L’idée est aisément concevable : le mot ne doit plus avoir son sens évident, car ce sens s’est épuisé de toute signification. Et nous pouvons certainement, sans craindre de trahir la pensée d’Artaud, élargir cette idée à l’art : le signe — et nous touchons ainsi au domaine de la peinture, de la musique… — ne doit pas avoir son sens évident, clair, connu. Sinon, où est l’intérêt d’envisager l’art comme un nouveau langage ? Le dégager de la contrainte du sens évident, c’est également redonner toute sa liberté au signe. Le signifiant reprend son importance : les mots deviennent des signes “entendus sous leur angle sonore, perçus comme des mouvements [qui] s’assimilent à d’autres mouvements”. Le mot ne peut plus être utilisé comme signe fermé, univoque, ne jouant que sur un plan de signification. D’où cette idée importante de correspondance entre différents plans : aussi bien entre arts (danse, musique, parole dans le théâtre) qu’entre concret et abstrait.

P.G.

Le SPAM Éditions propose une réflexion autour de l’expérience artistique comme chemin de recherche, une manière d’amplifier les processus de découverte et de s’approcher d’une connaissance sensible. La pensée artistique par l’expérience erratique se comprend alors comme une projection actualisée des processus de création et de recherche, pour trouver de nouveau la correspondance avec l’environnement et les personnes. Ce sont des actions quotidiennes hors de toutes prévisions qui nous permettent d’être-ensemble durant des expériences créatives. La recherche sensible et artistique est ainsi liée à l’erratique, au nomade, au jeu relationnel et à la dépendance créatrice. Ces processus créateurs révèlent le passage du projet au trajet qui fait surgir la pensée artistique et nous introduisent dans un autre mode d’être, de sentir, de partager et de vivre le monde.

Le bonheur, c’est comme la mort, il faut y être passé pour en parler.

Louise Bourgeois

Il n’est en art qu’une chose qui vaille : celle qu’on ne peut expliquer.

Georges Braque

Influencé ? Oui, évidemment on peut parler d’influence, dans la mesure où c’est mon œuvre qui les a influencé !

Victor Brauner

La couleur est tout. Quand la couleur est bonne, la forme est juste. La couleur est tout, la couleur est la vibration comme la musique; Tout est vibrations.

Marc Chagall

Ne craignez pas d’atteindre la perfection, vous n’y arriverez jamais.

Salvador Dali

L’art devrait être comme un jour férié: quelque chose pour donner à un homme la possibilité de voir les choses différemment et de changer son point de vue.

Paul Klee

La vie est un circuit. Tu veux partir en voyage, mais tu reviendras au point de départ.

Fernand Léger

La liberté, c’est la possibilité d’être et non l’obligation d’être.

René Magritte

Il y a des êtres qui font d’un soleil une simple tache jaune. Mais il y en a aussi qui font d’une simple tache jaune, un véritable soleil.

Pablo Picasso