Une semaine culturelle au nom de la femme: parce que nous le valons bien…

Une soirée pour célébrer la journée mondiale de la femme avec Isabelle, une après-midi écriture en compagnie de Marie-Véronique, une soirée avec l’auteure Micheline Hecquard et la semaine en photographies avec les œuvres de Valérie…Venez accrocher vos cadenas d’amours sur les grilles placées dans la bibliothèque.

Portez le ruban blanc. Pour montrer votre opposition à la violence des hommes envers les femmes, portez un ruban blanc épinglé à votre vêtement.

A une femme

Enfant ! si j’étais roi, je donnerais l’empire,
Et mon char, et mon sceptre, et mon peuple à genoux
Et ma couronne d’or, et mes bains de porphyre,
Et mes flottes, à qui la mer ne peut suffire,
Pour un regard de vous !

Si j’étais Dieu, la terre et l’air avec les ondes,
Les anges, les démons courbés devant ma loi,
Et le profond chaos aux entrailles fécondes,
L’éternité, l’espace, et les cieux, et les mondes,
Pour un baiser de toi !

Victor Hugo

Le mardi 8 mars

L’espace culturel Gingko’Art de Pontoise & Isandra Éditions célèbrent
la journée internationale des femmes

et vous invitent à la soirée du mardi 8 mars  à partir de 19 heures
(Apéritif dinatoire.)

Une soirée pour découvrir les photographies de l’artiste Valérie Hamel, une exposition intitulée « Au-Delà du silence ».

Et des œuvres proposées par la galerie Isandra.

Venez accrocher vos cadenas d’amours sur les grilles placées dans la bibliothèque.

Portez le ruban blanc pour montrer votre opposition à la violence des hommes envers les femmes, portez un ruban blanc épinglé à votre vêtement.

La Journée internationale de la femme est célébrée le 8 mars de chaque année par des groupes de femmes dans le monde entier. Elle est également célébrée à l’ONU et, dans de nombreux pays, c’est un jour de fête nationale. Lorsque les femmes de tous les continents, souvent divisées par les frontières nationales et par des différences ethniques, linguistiques, culturelles, économiques et politiques, se réunissent pour célébrer leur Journée, elles peuvent voir, si elles jettent un regard en arrière, qu’il s’agit d’une tradition représentant au moins 90 ans de lutte pour l’égalité, la justice, la paix et le développement.

Des femmes qui ont fait l’histoire

Rosa Luxemburg

La Journée internationale de la femme est l’histoire de femmes ordinaires qui ont fait l’histoire. Elle puise ses racines dans la lutte menée par les femmes depuis des siècles pour participer à la société sur un pied d’égalité avec les hommes. Dans l’antiquité grecque, Lysistrata avait lancé une « grève sexuelle » contre les hommes pour mettre fin à la guerre. Pendant la révolution française, des Parisiennes demandant « liberté, égalité, fraternité » ont marché sur Versailles pour exiger le droit de vote des femmes.

L’idée d’une Journée internationale de la femme s’est fait jour au tournant des XIXe et XXe siècles, période caractérisée dans le monde industrialisé par l’expansion et l’effervescence, une croissance démographique explosive et l’émergence des idéologies radicales.

Repères chronologiques :

1909 – Conformément à une déclaration du Parti Socialiste américain, la première Journée nationale de la femme a été célébrée sur l’ensemble du territoire des États-Unis, le 28 février. Les femmes ont continué à célébrer cette journée le dernier dimanche de février jusqu’en 1913.

1910 – L’Internationale socialiste réunie à Copenhague a instauré une Journée de la femme, de caractère international, pour rendre hommage au mouvement en faveur des droits des femmes et pour aider à obtenir le suffrage universel des femmes. La proposition a été approuvée à l’unanimité par la conférence qui comprenait plus de 100 femmes venant de 17 pays, dont les trois premières femmes élues au Parlement finlandais. Aucune date précise n’a été fixée pour cette célébration.

1911 – À la suite de la décision prise à Copenhague l’année précédente, la Journée internationale de la femme a été célébrée pour la première fois, le 19 mars, en Allemagne, en Autriche, au Danemark et en Suisse, où plus d’un million de femmes et d’hommes ont assisté à des rassemblements. Outre le droit de voter et d’exercer une fonction publique, elles exigeaient le droit au travail, à la formation professionnelle, et la cessation de la discrimination sur le lieu de travail.

Moins d’une semaine après, le 25 mars, le tragique incendie de l’atelier Triangle à New York a coûté la vie à plus de 140 ouvrières, pour la plupart des immigrantes italiennes et juives. Cet événement a eu une forte influence sur la législation du travail aux États-Unis, et l’on a évoqué les conditions de travail qui avaient amené cette catastrophe au cours des célébrations subséquentes de la Journée internationale de la femme.

1913-1914 – Dans le cadre du mouvement pacifiste qui fermentait à la veille de la Première Guerre mondiale, les femmes russes ont célébré leur première Journée internationale de la femme le dernier dimanche de février 1913. Dans les autres pays d’Europe, le 8 mars ou à un ou deux jours de cette date, les femmes ont tenu des rassemblements soit pour protester contre la guerre, soit pour exprimer leur solidarité avec leurs soeurs.

1917 – Deux millions de soldats russes ayant été tués pendant la guerre, les femmes russes ont de nouveau choisi le dernier dimanche de février pour faire la grève pour obtenir  » du pain et la paix « . Les dirigeants politiques se sont élevés contre la date choisie pour cette grève, mais les femmes ont passé outre. Le reste se trouve dans les livres d’histoire : quatre jours plus tard, le tsar a été obligé d’abdiquer et le gouvernement provisoire a accordé le droit de vote aux femmes. Ce dimanche historique tombait le 23 février dans le calendrier julien qui était alors en usage en Russie, mais le 8 mars dans le calendrier géorgien utilisé ailleurs.

Depuis ces années, la Journée internationale de la femme a pris une nouvelle dimension mondiale dans les pays développés comme dans les pays en développement. Le mouvement féministe en plein essor, qui avait été renforcé par quatre conférences mondiales sur les femmes organisées sous l’égide de l’ONU, a aidé à faire de la célébration de cette Journée le point de ralliement des efforts coordonnés déployés pour exiger la réalisation des droits des femmes et leur participation au processus politique et économique. De plus en plus, la Journée internationale de la femme est le moment idéal pour réfléchir sur les progrès réalisés, demander des changements et célébrer les actes de courage et de détermination de femmes ordinaires qui ont joué un rôle extraordinaire dans l’histoire des droits des femmes.

Le rôle des Nations Unies

Rares sont les causes dont l’ONU assure la promotion qui aient suscité un appui plus intense et plus vaste que la campagne menée pour promouvoir et protéger l’égalité des droits des femmes. La Charte des Nations Unies, signée à San Francisco en 1945, était le premier instrument international à proclamer l’égalité des sexes en tant que droit fondamental de la personne humaine. Depuis, l’Organisation a aidé à créer un patrimoine historique de stratégies, normes, programmes et objectifs convenus au plan international pour améliorer la condition de la femme dans le monde entier.

Au fil des ans, l’action menée par l’ONU en faveur de la promotion de la femme a pris quatre orientations précises : promotion de mesures juridiques; mobilisation de l’opinion publique et de l’action internationale; formation et recherche, y compris compilation de statistiques ventilées par sexe; et assistance directe aux groupes désavantagés. Aujourd’hui, l’un des principes d’organisation centraux des travaux de l’ONU est qu’aucune solution durable aux problèmes sociaux, économiques et politiques les plus pressants de la société ne peut être trouvée sans la pleine participation, et la pleine autonomisation, des femmes du monde entier.

Le samedi 12 mars

« Écrire : essayer méticuleusement de retenir quelque chose (…)»

À l’occasion du 18e Printemps des poètes, l’écriture s’invite
et vous invite à l’espace culturel Gingko’Art
samedi 12 mars 2016 de 15 h à 19 h

marguerite duras

« On ne trouve pas la solitude, on la fait. La solitude elle se fait seule. Je l’ai faite. Parce que j’ai décidé que c’était là que je devrais être seule, que je serais seule pour écrire des livres. »

Marguerite Duras

Au programme:

 

Marie-Véronique

De 15 h à 17 h

Vous aimez inventer des histoires? Vous écrivez déjà?
Vous avez envie de vous essayer à l’écriture?
Pas besoin d’être écrivain pour venir passer un moment convivial.
Autour des photographies originales de l’artiste Valérie Hamel et les cadenas d’amour!
Une exposition intitulée: « Au-delà du silence…»

Et…

Avec l’auteur Micheline Hecquard Avec la participation de
Jeanne et Marguerite Hecquard
Illustrations : Jean-Philippe Aizier

Micheline Hecquard

à partir de 17 heures

Lecture des poésies de l’auteur avec un recueil avant l’édition, « Au cours des jours, la vie», une exclusivité avant la lettre! Les textes sont illustrés par Jean-Philippe Aizier et quelques œuvres originales seront exposées.


La montagne

Blanche
Ou bleutée
Verte
Ou fleurie
Tu me ravis
Et m’éblouis
Je ne connaissais que la mer
Le vent et la campagne
J’aimais l’espace et la nature
Je regardais le ciel très pur
J’étais en Normandie
Et nous sommes partis
J’avais 20 ans
Depuis peu de temps
Nous avions décidé
De te rencontrer
Å Saint-Gervais-les-Bains
Arrivés un matin
Ta majesté
Ton immensité
Ton éclat
Toujours là
Ta fraîcheur
Un bonheur
Ont fermé ma bouche
Agrandi mes yeux
Pendant des années
Nous sommes retournés
Avec nos enfants
Nous poser sur tes pans
Écouter tes ruisseaux
Et savourer leur eau
Puis je suis allée
Découvrir les névés
Marcher ou skier
Ou me poser
Dans le silence
La différence
Qui étais-je avant
Privée si longtemps ?

Micheline Hecquard.

Camille Claudel

« Je réclame la liberté à grand cri ».

Camille Claudel

 

 

 

 

Publicités

Dieu voyage toujours incognito !

De Laurent Gounelle aux éditions Anne Carrière Alan .
Une proposition de lecture que Maîtou suggère dans l’intimité de la réflexion…gounelle

En proie au désespoir, est en passe de se suicider depuis la Tour Eiffel mais alors qu’il s’apprête à passer à l’acte, un inconnu surgit et le convint de renoncer à son projet. En échange de son obéissance totale dont il répond sur sa vie, l’Homme se propose de donner à Alan les clefs pour améliorer son existence. Alan accepte…

Laurent Gounelle nous délivre quelques lignes directrices pour nous rendre la vie plus belle et nous amène à nous poser quelques questions sur notre rapport aux autres et à nous même.  Un de ces romans que l’on referme avec un je ne sais quoi d’optimisme en plus et la sensation que tout rien n’est perdu.
Laurent Gounelle cite Gandhi et nous laisse à notre réflexion : «  nous devons être le changement que nous voulons voir dans le monde » Lire la suite

Tatiana : Entre cuisine et Salsa, de Paris à Bogotá

Tatiana, la nouvelle secrétaire de l’Espace Gingko’Art, se propose de prendre la plume et de nous livrer le secret de ses passions…
Entre cuisine et Salsa, de Paris à Bogotá, de nouveaux billets vous feront voyager en première classe ! IMG_1059

« De même que la cuisine doit laisser aux produits le goût de ce qu’ils sont, le cuisinier doit employer des mots qui ont le sens de ce qu’ils sont… »

Paul Bocuse, janvier 1976.

IMG_1056Chic, sobre et raffiné, telle est l’ambiance qui se dégage lorsque je pousse la porte du 10 cité Dupetit-Thouars à Paris le 14 septembre. Le personnel tiens cependant à m’accueillir chaleureusement pour me faire sentir « comme à la maison. Il est 11h, et les odeurs de croissants chauds viennent chatouiller mes narines et me dirigent vers un atelier de cuisine à ciel ouvert !

Sur la table, lesdits croissants  une jus d’orange fraichement pressé et des confitures maisons : abricot-vanille-amande et cerise cannelle.

Bienvenue à Cuisine Attitude, l’atelier de cuisine de Cyril Lignac.

Au programme : 2h30 heures de préparation culinaire et 30minutes de dégustations des mets préparés tous ensemble autour d’une belle et grande table.

Ce jour-ci nous sommes 5 femmes à participer à ce cours dont le thème est le Brunch. Nous voilà a nos postes autour d’un grand plan de travail munies d’un tablier de chef, d’une planche a découper et d’un énorme couteau très aiguisé ! Mes doigts en ont fait les frais !

Nous commençons par préparer des muffins aux fruits rouges glacés au mascarpone, un shortbread, puis des pan-cakes aux courgettes et parmesan, ainsi qu’une salade fraicheur aux 2 saumons accompagnée d’œufs mollets et d’une vinaigrette aux agrumes. Histoire de vitaminer ce repas, nous préparons en dernière minute un délicieux smoothie aux fruits exotiques. Je remarque de suite que les produits sélectionnés sont d’une excellente qualité.

Entre rire, bonne humeur et conseils pratiques de la part du chef, notre brunch se prépare.  Enfin, tout est prêt ! Il ne reste plus qu’à déguster ! Et Le chef n’hésite pas à nous proposer un petit verre de vin blanc pour agrémenter ce délicieux et copieux repas ! Nous avons toutes eu les yeux plus gros que le ventre donc le chef nous prépare des sacs avec les muffins et pan-cakes qu’ils restent, sans oublier d’y ajouter une pochette avec toutes les recettes ainsi qu’une carte de fidélité  qui offre de nombreux avantages.

Après cette agréable et première  expérience chez Cuisine Attitude, il me tarde de me poster devant mon ordinateur, d’aller sur le site web et de choisir mon prochain atelier pour le mois de décembre afin de pouvoir épater mes convives lors du repas de Noel !

Tatiana.

Esquisse pour le Cinéma et confidences sur canapé !

Maïtou se prépare à partir en vacances et n’a pas oublié quelques bons romans pour accompagner ses heures sur le livre de ses plages !

Un petit grain de sable entre la page d’un roman et le cinéma Paradisio ; pour livrer au grand bleu son blé en herbe , partager les funérailles de la grande Mémé en oubliant le chemin des tourments, un surf sur la toile de ses nuits blanches et estivales, là où l’héroïne admirait l’ouragan sur le Caine et partageait un dernier baiser au soleil rouge de ses pensées…
Son taxi mauve l’attendait et notre drôle de dame jetait un ultime regard aux lecteurs sur le quai du dernier métro   avec la satisfaction de nous laisser encore un peu le rideau levé de nos nuits  d’été accomplies !

Chers amis lecteurs et amateurs de cinéma ; un film a-t-il changé votre vie ? 
Vous êtes-vous déjà posé cette question ?
C’est  la question du dernier livre d’Olivia Rosenthal ; écrivain, romancière, dramaturge, née en 1965 à Paris ; paru en mars 2012 aux Éditions Verticales sous le titre : ils ne sont pour rien dans mes larmes… Lire la suite

« Courir » de Jean Echenoz

Maïtou enfile les chaussures  à pointes et tente de suivre le parcours d’Émil Zatopek.

Cette année est placée sous le signe de l’olympisme, un prétexte pour parler de l’écrivain  Jean Echenoz et suivre la vie d’un  magnifique champion Tchèque . Emil Zatopek, l’homme qui courait plus vite que son ombre ! « Courir », ce roman nous relate le quotidien d’un athlète hors norme ; Hors norme par son palmarès ; il sera détenteur de 4 titres olympiques et de 18 records du monde et reste le seul coureur à avoir remporté le 5000 mètres, le 10 000 mètres et le marathon au cours d’une même édition des jeux olympiques.
Hors norme par son style ou plutôt son « non-style » : «loin des canons académiques et de tout souci d’élégance, Emil progresse de façon lourde, heurtée, torturée, tout en à–coups. Il ne cache pas la violence de son effort qui se lit sur son visage crispé, tétanisé, grimaçant, continûment tordu par un rictus pénible à voir». Et pourtant il domine sa discipline.
Hors norme de par sa personnalité. En dépit de ses immenses succès sportifs, l’homme aux qualités physiques extraordinaires reste un homme « ordinaire ». Humble, modeste, respectueux de ses adversaires et de son public il sera. Digne d’un  grand homme, il restera.  J’espère que vous partagerez mon enthousiasme à découvrir ou redécouvrir cet immense champion que Jean Echenoz a brillamment mis en lumière. Lire la suite