Portfolio : Malick Sidibé

Un Portfolio « coup de coeur », pour le mois de juin, un petit morceau de vie dans les faubourgs de Bamako ; Malick Sidibé, le plus attachant des photographes africains, un homme sans histoire, ou plutôt aux mille et une narrations, témoignage d’une vie de reporter exemplaire !

Malick Sidibé n’a nul besoin de connaître son interlocuteur pour être à l’aise. C’est son métier de regarder l’autre et aussi ce rituel de l’échange qu’il pratique en virtuose, ponctuant la conversation de proverbes Peuls. Ou d’interjections, ainsi son fameux «  Plou plou plou plou ! », qui lui permet d’apprivoiser les enfants rétifs à l’objectif. Lire la suite

Publicités

Irina Ionesco ou l’esprit de la Mode

Comment présenter la plus grande star de la photographie contemporaine, celle à qui nous devons tant ; tous les photographes de ma génération, ont, à un moment où à un autre, été confronté avec le dialogue d’Irina, à sa vision, à ses effets, à ses compositions et nous avons évolué à la découverte de ses tirages de ses épreuves. De nombreux chefs-d’oeuvre dont nous mesurons déjà l’importance artistique, souvent copiés, jamais égalés.

Le portfolio couleur réalisé pour l’exposition Fashion Victimes à l’espace Gingko’Art de Pontoise est un concentré de luxe et de volupté.

Irina Ionesco qui, au-delà de la technique ou de la beauté des mannequins, domine ses photographies et leur offre une dimension intemporelle, une qualité qui transcende l’instantanéité éphémère et frivole si caractéristique de la photographie de mode.

Le Gingko’Art signe avec sa participation, la quatrième édition de portfolios, Fashion Victimes un coffret d’une grande qualité, les seize tirages numériques ont été réalisés par le laboratoire Anxolab, bonne vision à tous et rendez-vous le mois prochain.

Marc Wolff.

« La composition doit être une de nos préocupations constantes, mais au moment de photographier elle ne peut être qu’intuitive, car nous sommes aux prises avec des instants fugitifs où les rapports sont mouvants. »

Henri Cartier Bresson.

Portfolio : Jonathan Abbou

Le mois de mars prédispose déjà l’humain aux jeux interdits que nous offre le printemps à venir et ses poses lentes… J’ai choisi pour illustrer cette rubrique, les photographies de Jonathan, qui pour moi incarne, dans sa démarche artistique, la perfection, la maîtrise du tirage et surtout la culture de l’oeil ; un style sobre et singulier. «Pose Lente» est le second portfolio de Jonathan Abbou édité aux éditions Chez Higgins dans la collection Erotica.

Jonathan est un artiste passionné, désinvolte et provocateur assumé. Refusant les étiquettes, se qualifiant lui-même d’électron libre, il puise son inspiration dans la critique et dans ses rencontres avec les gens. C’est dans son atelier de Montreuil, qu’on imagine être un véritable cabinet de curiosités recelant  mille trésors, qu’il expérimente et renouvelle sans cesse ses pratiques photographiques.

Avec «Pose Lente», Jonathan Abbou nous invite à un voyage intemporel et laisse libre court à son imagination pour nous plonger dans son univers mystérieux et onirique, avec des modèles bruts et authentiques. Qu’ils soient critiqués ou adulés, les travaux subversifs de Jonathan  Abbou ne laissent personne indifférent !

Également disponible dans la même collection «Le petit monde d’Otto», et à paraître bientôt «Double Je».

Bonne lecture à tous, bonne vision aussi, moi je pars en voyage bientôt, à l’autre bout du monde, rassurez-vous j’emporte ma rubrique portfolios et mon portable vous me retrouverez en avril, je m’y découvrirai d’un fil…

Marc Wolff

Biographie simplifiée :
Jonathan Abbou est né le 27 décembre 1967, l’artiste réside et travaille à Montreuil et à Paris. Il débute la photographie en 1989 puis s’inscrit aux cours d’art plastique à l’université  Paul Valérie de Montpellier.
En 1991, l’artiste commence des études de psycho à l’université de Toulouse en parallèle de son inscription à l’École de photographie de Toulouse (ETPA).
1994 /1996, ses premières vraies expositions, ses premiers contacts avec le public et la  considération  des photographes Philippe Assalit et François Canard qui le soutiendrons dans ses recherches.
En, dix neuf cent quatre-vingt seize Jonathan obtiens son D.E.S.S. De psychologie clinique et pathologique (Université, Paris 8), alors qu’en parallèle l’artiste produit presque frénétiquement des clichés d’une extraordinaire qualité. 
Depuis l’artiste n’a cessé de produire et d’exposer.

Les portfolios de Marc Wolff

Chaque mois, je vous présenterai un portfolio, je vous parlerai de l’artiste et du contenu de ces charmants petits coffrets, de véritables concentrés d’images de qualité,  de clichés sélectionnés avec soin par l’artiste et l’éditeur, pour le plus grand plaisir des amateurs de photographies; pour vous donner une idée , il en sort plus d’une centaine par an, un très bon investissement pour commencer une collection !

Mon choix, mon coup de cœur, en ce début d’année, s’est porté sur le photographe Alain Quemper et son portfolio intitulé « Seventie’s », dix neuf clichés composent ce coffret présenté dans une boîte en métal avec imprimé en couverture, une Brigitte Bardot en cuissardes ;

Serge Gainsbourg et Jane, Myriam Makeba, Françoise Hardy, Alain Delon, Belmondo, Régine, Mai 68… etc. Idée géniale, la planche contact qui se trouve à la fin, le portfolio est tiré à cent exemplaires, numérotés et signés par l’artiste.

Pour le trouver, il est encore disponible à l’Espace Gingko’Art de Pontoise, sinon, envoyez-moi un mail à marcwolff95@gmail.com, je vous répondrai avec plaisir !

Alors, pas mal pour une première… bon, je ferai mieux la prochaine fois ! Encore que !
Good bye, et rendez-vous le mois prochain.

Marc Wolff.

Biographie simplifiée :

Alain Quemper est né en 1947 et a débuté très jeune au Service Photos du journal l’Aurore. Puis Reporter-Photographe à l’Agence Dalmas et à l’Agence Paris International Presse. L’artiste a photographié les plus grandes stars du Cinéma, du show-business et de la scène politique des années soixante — soixante-dix, ses clichés ont participé aux plus grandes expositions.
Il est également l’auteur des ouvrages-photos comme, Paroles de Marins, aux Éditions Solar et Mots de Mer aux Éditions Dubriand.
Auteur de spectacles multimédias en partenariat avec le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche, Paroles de Marins et Route Pêche.
Alain Quemper s’est illustré aussi avec une comédie musicale, le Cabaret Marin, interprété par Bernard-Pierre Donnadieu.

« L’important c’est que la photo possède une force constative et que le constatif de la photo porte, non sur l’objet, mais sur le temps ».

Roland Barthes, Sémiologue, Critique et Essayiste Français.