Espace Galerie

Les Artistes

Alain Quemper

Né en 1947, il débute très jeune au Service Photo du journal l’Aurore.
Reporter photographe à l’agence Dalmas, Paris International Presse. Il s’inscrit dans la tradition des photographes de portraits de stars, son épreuve de BB, ainsi que celle de Serge Gainsbourg, a fait le tour du monde.
L’artiste a exposé dans de nombreux musées et salons (Musée maritime de La Rochelle, Musée de la mer de Paimpol, centre de La Vilette).
Auteur de spectacles multimédias, Paroles de Marins, Route Pêche et d’une comédie musicale  Cabaret Marin, interprétés par Bernard-Pierre Donnadieu. Il est l’auteur des ouvrages suivants, Paroles de Marins, aux éditions Solar et Mots de Mer aux Editions Dubriand.

Marc Wolff

Artiste autodidacte, né le 17 mars 1964 et c’est à la suite d’une rencontre avec Lou qui deviendra sa compagne, que le photographe est né.
Fasciné par la plastique de cette jeune et jolie femme, il va s’en servir , bien à son gré, de modèle, de muse. Le photographe nous a confié: «J‘ai rencontré la femme de ma vie en l’an 2000, un voyage à Miami et la sensation étrange et réjouissante que je devais fixer sur le papier les vues du bonheur. Entre ciel et terre, des couleurs, des formes, mais aussi, les ombres insondables des circonvolutions du corps humain. Le jeu d’un objectif, le modèle est en confiance et les premiers clichés me comblent de bonheur ».
Il affinera les techniques de la prise de vue au contact de Serge Jacques ( célèbre photographe de la revue Paris-Hollywood) devenant son assistant, puis celui de Dahmane et du photographe Mickael Moore.
Marc Wolff est un magicien, il n’est point facile pour celui qui s’est essayé un jour à la photographie de nu, de gagner la confiance du modèle, que celui-ci puisse s’épanouir et révéler le meilleur de lui-même. Son esthétisme particulier s’inscrit à l’exigence d’un Newton.
Fasciné par les stars de la photographie érotique de la deuxième moitié du XXème siècle, le photographe suggère ses épreuves photographiques à ceux dont la tâche est déjà accomplie, en retour, des encouragements à prolonger l’oeuvre. Cette œuvre qui s’accomplit avec force et conviction, l’appel de l’objectif tous azimuts est irrésistible. Marc côtoie le «gratin» de l’argentique et ne cache pas l’admiration qu’il porte au Maître Araki, spécialiste international du bondage. Peut-être la partie la plus secrète de l’oeuvre de Marc Wolff, un travail accompli à l’abri des regards, une stricte intimité, presque un dialogue invisible avec le modèle. Pour l’artiste: «La découverte des clichés d’Helmut Newton, son esthétisme particulier, a été comme un coup de poing dans le cerveau. Mes épreuves «bondage» ne représentent aucun fantasme, le jeu des cordes préface à concevoir le fait d’habiller le modèle comme avec de la lingerie fine ».
Le centre Gingko présente, à partir du 14 octobre prochain, une sélection rétrospective autour d’une exposition, «Derrière le miroir».

Serge Jacques

Pour la génération qui découvrait le Rock’n roll et le scooter, une profonde remise en question des valeurs morales était à l’ordre du jour.
La censure peinait de plus en plus à se faire respecter… Il existait une production toujours clandestine et confidentielle de photos à caractère pornographique,  mais il était hors de question de diffuser un tel matériel à travers un quelconque journal.
La revue Paris Hollywood est créée, consacrée au cinéma, avec des couvertures en hélio extraordinaires et un intérieur aussi somptueux. Les premiers numéros ne sont pas datés. Serge Jacques, un jeune photographe de nu et de charme allait bouleverser les canons d’esthétisme des revues et s’attirer de nombreux ennuis.
Photographier des jeunes filles nues, tous poils pubiens à l’air, constituait un grave délit dans la France des années 50. A Paris-Hollywood, il introduisit un concept nouveau, le strip-tease…plutôt que de photographier le modèle en situation, il préférait le dévoiler peu à peu, à travers un effeuillage, dont aucun détails n’était laissé au hasard, afin de captiver toute l’attention du lecteur, les tenues sexy des modèles étaient choisies avec soin, le décor soigné, on se rend compte en regardant les photos de Serge Jacques, qu’elles recèlent en elle tous les procédés encore utilisés de nos jours par les plus grands magazines de charme, et les photographes d’érotisme les plus expérimentés.
L’artiste photographe exposera en décembre prochain ses clichés, le Jazz dans tous ses états!

Irina Ionesco

Née le 3 septembre 1935 à Paris, de parents émigrés roumains, la photographe a passé sa jeunesse en Roumanie avant de s’installer définitivement à Paris. L’artiste a voyagé et peint durant des années avant de découvrir la photographie. Son travail est qualifié d’érotique.
En 1974, son exposition à la Nikon Gallery a fortement attiré l’attention, Irina fut bientôt publiée dans de nombreux magazines et exposa dans les galeries du monde entier.
«La photographie est pour moi un élément essentiellement poétique, je l’envisage comme une écriture théâtrale, où je fixe dans un déroulement obsessionnel et incessant tous mes fantasmes».
Chaque séance est une mise en scène conçue comme une séance théâtrale qui intègre le modèle dans un univers de rêve, où Irina devient mythique, presque métaphysique. J’aime l’excès, dit-elle, l’onirisme, l’insolite, ainsi je fais mienne cette phrase de Baudelaire: «Dans l’art, il n’y a que le bizarre qui soit beau».
Irina Ionesco n’éprouve de besoin que de femmes pour interpréter des rôles lorsque la nuit est propice aux prises de vues de son théâtre imaginaire, levant ainsi le voile du visible pour confondre la pertinence de l’invisible.
Artiste internationalement reconnue, ses multiples expositions et les publications de ses photographies révèlent ce monde étrange de femmes maquillées, habillées, et mises en scène afin d’évoluer aux confins des ténèbres et de la voie lactée…
Avec l’Oeil de la poupée, son premier roman, la photographe s’expose elle-même dans une mise en scène autobiographique, qui la dévoile sans restrictions.
L’espace Gingko’art rendra hommage à l’artiste en avril prochain, une exposition consacrée aux Yakusas, la métamorphose de la méduse, des photographies de mode inédites.

Xavier Boggio

Peintre et sculpteur français, est né en 1953 à Soisy-sous-Montmorency.
Inscrit avec intelligence dans la modernité de l’art contemporain, il évolue, décloisonne les genres et les styles. Entre peinture et sculpture, cet artiste, à la technique unique, privilégie des matériaux bruts, tels que la résine, le bois ou encore le métal.
Xavier opère dans un univers fascinant, un atelier où se côtoient les formes anthropomorphiques, les compositions polychromes, les totems et peintures aux variations infinies.
Le 1er janvier 2008, l’artiste s’est lancé le défi de réaliser, pendant une année, une toile par jour. Xavier Boggio «366/366» a réussi son pari le 31 décembre 2008, et a mis fin à une série de trois cent soixante six peintures.
Cette œuvre démesurée associée à une grande liberté de sujets, à un travail acharné, propose une créativité renouvelée.
Le centre Gingko est heureux de compter parmi son patrimoine artistique, la feuille de ginko-biloba réalisée par Xavier et installée au centre du jardin, conception de métal et de résine, offrant les circonvolutions d’une fontaine où l’eau s’écoule,  d’un esprit zen.
L’espace Gingko’art accueille cet artiste très attachant.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Espace Galerie »

  1. Le blog parait très intéressant, la photographie est une passion pour moi, le Gingko’Art va devenir un lieu pas commun! L’architecture est remarquable un véritable écrin pour les Artistes et passionnés d’art.J’ai grande hâte de lire le billet des drôles de dames, c’est pour quand?
    Comment faire pour devenir membre actif du Gingko?. Patricia à Auvers-sur-Oise

    • Bonjour Patricia,
      Merci pour les compliments, effectivement ce lieu est tout sauf commun.
      Les billets des drôles de dames arrivent très prochainement.
      Pour adhérer et devenir Gingkomembre, il suffit d’en faire la demande (coordonnées au bas du blog), l’adhésion annuelle étant fixée à 150 euros.
      A bientôt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s