Rendez-vous aux jardins : Le jardin et ses créateurs

L’Espace Gingko’Art de Pontoise participe pour la deuxième fois à cette réunion de passionnés… Ouvrir les portes de son jardin au public l’espace d’un week-end. Ces jardins seront ouverts le samedi 1er et le dimanche 2 juin de 10 h à 18 heures. L’Espace culturel Gingko’Art situé au 2, Place de l’Hôtel de ville propose, outre la balade au jardin, un rythme, une halte vers une exposition intitulée, « Regard sur la photographie du XXème siècle ».Frontispice

À 15h30, et à 16h30, Patricia Vergez,  la spécialiste de l’Institut National du Patrimoine, animera des conférences sur le thème: « Des jardins dans la peinture ».

Le jardin terrasse de l’Espace culturel correspond aux jardins monastiques d’autrefois, agrémenté d’une touche japonisante. Au centre, se tient une feuille de Ginkgo biloba faite de métal et de résine réalisée par le sculpteur Xavier Boggio ; le mobilier de métal découpé à la lance plasma est l’oeuvre du sculpteur Claire Lioult dit, « La Fée railleuse ». Lire la suite

Publicités

Les rendez-vous aux jardins

Nouvel évènement autour de l’ancienne chapelle du couvent des Cordeliers

L’espace Gingko’Art a ouvert ses portes le week-end dernier dans le cadre de la dizième édition des « Rendez-vous aux jardins », en Ile de France sous le patronage du ministère de la culture et de l’environnement, s’inscrivant ainsi dans le circuit mis en place par les services du patrimoine de la ville de Pontoise.

Les parcs et jardins ont fait l’objet de représentations variées au cours des temps, depuis les bas-reliefs de l’Antique Mésopotamie, les fresques d’Herculanum ou de Pompéi, jusqu’aux premières représentations en plan dans les traités de la Renaissance, en passant par les enluminures médiévales du roman de la rose ou du Rustican.

Lieu d’initiation aux sciences naturelles, espace de plaisance, le jardin et ses essences est un sujet inépuisable pour la littérature, la musique, les arts décoratifs, la photographie et bien sûr la peinture.
L’espace Gingko’Art a convié, à l’occasion de ces rendez-vous, deux femmes artistes vivant et travaillant dans le Val d’Oise : Geneviève Mathieu, spécialisée dans le design végétal, a exposé ses sculptures, un travail réalisé à partir de la feuille du palmier Pambil, une espèce indigène que l’on trouve en Equateur et en Amazonie… Seuls, les indigènes Tsachilas sont habilités à planter la graine dans le respect de leurs croyances.

La sauvegarde de cet arbre représente un retour aux traditions, à l’utilisation de matériaux nobles et écologiques, mais aussi une source de revenus permettant aux indigènes de demeurer sur leurs terres et perpétuer les générations.

Les céramiques de l’artiste Barbara Billoud ont été disposées sur la pelouse, une exclusivité pour le Gingko’Art. Un ensemble à peine sorti du four et un concept écologique, en effet  ces petites boules colorées montées sur des tiges de bambou  représentent une décoration contemporaine et un habitat pour les insectes opportunistes.

Les jardins et leurs images sont aussi variés que les fonctions qu’on leur attribue.

Deux cent quatre vingt dix sept visiteurs ont parcouru l’espace Gingko’Art, une étape sur les circuits des jardins de Pontoise, les retardataires pourront encore admirer ces œuvres installées jusqu’au 12 juin, date correspondant à la clôture de l’exposition de la photographe Irina Ionesco.